Charles Péguy dans nos lignes

Réserver

peguynb220

Charles Péguy dans nos lignes

21 mars 2017

Aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Petit Auditorium

De 12h40 à 13h30

Rue de la régence n°3 à 1000 Bruxelles

Avec Charles PENNEQUIN, poète et Vincent THOLOME poète et performeur

 

Que penserait Charles Péguy aujourd’hui? Que ferait Charles Péguy de nos jours, s’il était comme nous plongés dans le marasme de notre époque? Que dirait-il de la politique? Qu’écrirait-il sur la modernité, la post-modernité, la poésie contemporaine, la vie ? « Péguy remonte », disait il y a peu Alain Badiou dans un entretien à la revue Europe, dans laquelle j’ai commencé à écrire sur cet immense poète finalement méconnu. Un jour, je me suis aperçu que Charles Péguy était proche de ce que j’écrivais, qu’il avait une sensibilité et un style, une façon de faire ses phrases, qui me parlaient totalement et m’aident à penser tout ce qui peut me remuer actuellement et surtout ce qui m’anime tout particulièrement depuis que j’existe. Et ce qui m’anime avec lui, c’est la poésie.

 

Charles PENNEQUIN

pennequinnb220

Charles Pennequin, né le à Cambrai, est un poète français qui réalise également nombre de dessins et de vidéos.

En novembre 2012, il est le premier récipiendaire du Prix du zorba — qui récompense « un livre excessif, hypnotique et excitant, pareil à une nuit sans dormir » — pour son recueil Pamphlet contre la mort (P.O.L, 2012).

À la suite d’un échange épistolaire avec l’auteur de Ceux qui merdRent, Charles Pennequin fait la rencontre de Christian Prigent et des éditions Carte Blanche à partir de mai 1993. C’est dans cette maison d’édition, dirigée par le peintre Mathias Pérez (qui s’occupe aussi de la revue Fusées), qu’il va publier son premier livre, Le Père ce matin.

Alors qu’il fréquente le poète Nathalie Quintane ou Christophe Tarkos (mais aussi Vincent Tholomé, entre autres, c’est d’ailleurs avec eux qu’il fait l’unique numéro de la revue Facial), Pennequin publie son premier texte important et remarqué, Dedans aux éditions Al Dante.

Sur le plan éditorial, cela le conduit à publier, à partir de 2002, aux éditions P.O.L.

Charles Pennequin explique que ses premières lectures étaient précipitées, du fait de la tension qu’il ressentait face au public, de la peur de lire. Cette rapidité, cette manière de précipiter le dire sont cependant devenues peu à peu l’un de ses traits caractéristiques. Vers la fin des années quatre-vingt dix, il commence à travailler l’improvisation à partir de l’usage de dictaphones, sur lesquels il s’enregistre en direct, puis qu’il rediffuse en public.

La question de l’improvisation n’est pas d’abord formelle chez lui, mais correspond à la question même du langage, à sa donation et à son enchaînement, comme il le pratique dans ses nombreuses vidéos faites dans sa voiture, dans les trains ou sur le bord des routes, ou avec des textes qu’il écrit sur de grands rouleaux en public, tout en continuant de parler.

Son travail d’improvisation l’a amené à faire de très nombreuses lectures-performances en France, en particulier avec le musicien Jean-François Pauvros, ainsi qu’avec Thierry Aué, Thomas Charmetant, Paul Dutton, Camille Perrin, Falter Bramnk, David Chiesa…

Charles Pennequin a également fondé, en 2007, l’Armée noire avec ses amis Antoine Boute, Cécile Richard, Jérôme Bertin et Édith Azam. L’intitulé « Armée noire » vient d’une expression du Cambrésisdésignant un groupe de gens pas très fréquentables, des familles tuyaux de poêle, des laissés pour compte. L’important étant pour l’Armée noire de faire des soirées en invitant les gens à participer et d’inventer à plusieurs, hors de sa pratique habituelle, comme ce fut le cas en mars 2010 à Dunkerque ou lors de la Nuit blanche à Bruxelles, en 2009, où l’Armée noire a fabriqué de nombreuses « gazettes » durant la nuit sur son stand. Des artistes se sont par la suite associés au projet Armée noire, tels que Pakito Bolino, Quentin Faucompré, Didier Calléja, Anne-Claire Hello, Benjamin Monti, Fabien Bassas, John Troubody, Thierry Rat, Thomas Sidoli, Eléonore Lebidois, Martin Gosset…

Une revue est née retraçant un peu l’aventure, faite par Quentin Faucompré et Charles Pennequin avec la collaboration de Laurent Cauwet d’Al Dante. La dernière intervention de l’Armée noire s’est déroulée à Nantes ; invitée par la maison de la poésie de Nantes, elle a réalisé différentes performances dans la rue ainsi qu’une soirée au Pannonica.

 

Vincent THOLOME

vincentholomenb220

Né en 1965, Vincent Tholomé se présente souvent comme auteur performeur. En tant qu’auteur, on lui doit une quinzaine de livres mêlant poésie et fiction, langues orales et art ancien de la «racontouze». Depuis le milieu des années 90, il publie régulièrement en revue ainsi que sur le net. Comme performeur, on a pu le voir, en solo, duos, etc. un peu partout dans le monde (France, Belgique, Hongrie, Allemagne, Québec ou encore USA). En 2011, The John Cage Experiences a reçu le Prix triennal de poésie de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Charles PEGUY

peguynb220

Charles Pierre Péguy (Orléans,  ; Villeroy, ) est un écrivain, poète et essayiste français. Il est également connu sous les noms de plume de Pierre Deloire et Pierre Baudouin. Son œuvre, multiple, comprend des mystères d’inspiration médiévale en vers libres, comme Le Porche du Mystère de la deuxième vertu (1912), et des recueils de poèmes en vers réguliers, comme La Tapisserie de Notre-Dame (1913), d’inspiration mystique, et évoquant notamment Jeanne d’Arc, un personnage historique, symbole de l’héroïsme des temps sombres, auquel il reste toute sa vie profondément attaché. C’est aussi un intellectuel engagé : après avoir été militant socialiste libertaire, anticlérical, puis dreyfusard au cours de ses études, il se rapproche à partir de 1908 du catholicisme et du nationalisme; il reste connu pour des essais où il exprime ses préoccupations sociales et son rejet de l’âge moderne, où toutes les antiques vertus se sont altérées (L’Argent, 1913). Le noyau central et incandescent de toute son œuvre réside dans une profonde foi chrétienne qui ne se satisfaisait pas des conventions sociales de son époque.