Quand Nijinsky nous parle, on danse

Réserver

Petit goûter de la Poésie

Le samedi 18 novembre 2017 à la Maison du Spectacle – La Bellone de 14h00 à 16h00

Avec Mathilde Laroque et Jean-François Lejeune

Nijinsky (1890-1950) est un danseur et chorégraphe révolutionnaire des Ballets Russes, l’un des précurseurs de la danse moderne. Il est connu entre autre pour ses sauts, sa sensualité, son imagination enfantine débordante et sa folie. Sa carrière de virtuose s’achève prématurément alors qu’il est diagnosiqué schyzophrène. Avant d’être interné, il écrit un journal (1918-1919) en trois partie : la vie, la mort et le sentiment. Il laissera également de nombreux dessins, composés de courbes à l’infini.

Les mots, les dessins, le mouvement, trois formes d’écritures et de langage qui nous inspireront durant cet atelier, guidé par Mathilde Laroque, danseuse et chorégraphe et Jean François Lejeune, ingénieur du son et musicien. Une proposition qui s’inscrit dans la lignée du « S de l’ange », projet pluridisciplinaire et participatif conçu par la chorégraphe autour des archives de Nijinsky.  (puisées notamment dans le centre de documentation de Contredanse).

Atelier ouvert à tous, petits et grands, de 7 à 107 ans. Les enfants doivent être accompagnés d’un adulte. Aucun préalable requis. Une dose de folie et une tenue confortable est recommandée.

 

MATHILDE LAROQUE

Formée en France en danse classique, puis contemporaine avec notamment Peter Goss, Serge Ricci, Frey Faust, Thierry Baë et Luis Ayet, Mathilde Laroque intègre la formation professionnelle Exerce en 2003, au Centre Chorégraphique National de Montpellier, dirigé alors par Mathilde Monnier.  À la sortie, elle participe à une recherche avec La Ribot (40 espontaneos, Londres) et complète sa formation en improvisation auprès de Benoît Lachambre, Lisa Nelson, Mark Tompkins, Georges Appaix, Claudia Triozzi entre autres. À Bruxelles depuis près de 12 ans, elle crée des performances tout en côtoyant le monde des arts plastiques et des arts visuels en tant que modèle pour Lucie Sentjens et Fabienne Cresens. Sa recherche artistique questionne la place du spectateur, l’espace de la représentation et le corps comme interface entre soi et le monde. Sa dernière création, « le S de l’ange » (2017) est un projet pluridisciplinaire et participatif sur base des archives du danseur Nijinsky, interrogeant la vie comme une folie en soi.  Mathilde conçoit et réalise également divers ateliers en milieu scolaire, extra-scolaire, hospitalier ainsi qu’en insertion socio-professionelle et dans le domaine de la petite enfance. Depuis 2007, elle travaille à Contredanse pour le centre de documentation et le journal trimestriel “Nouvelles de Danse”. Côté écriture, elle signe des articles dans le journal “Secouez-vous les idées” (Cesep, Bruxelles, 2015) et un texte d’art et d’essai pour la publication “Dons de Chair” (Editions Chasseurs Cueilleurs, Marseille, 2009). Elle est diplômée d’un Master en Médiation culturelle de l’art (2013, Université d’Aix-Marseille) et d’un BAGIC (Brevet d’Aptitude à la Gestion d’Institution Culturelle, 2008, Ministère de la FWB, Bruxelles). En 2016, elle co-fonde avec Elen Sylla l’ASBL made with heART qui a pour mission principale la création artistique sous toutes ses formes et la participation de tous à travers la danse et les arts visuels.

JEAN-FRANCOIS LEJEUNE

Formé à l’IAD à Louvain la Neuve (2007 / 2010), Jean François est technicien du son aussi bien dans le milieu musical que celui de la danse contemporaine. Il est régisseur son pour le chorégraphe Thierry Smits sur les spectacles « Clear tears », « Cocktail », « Revolt » et « Anima Ardens » (2012-2017), la chorégraphe Fatou Traoré sur le spectacle « au pieds du mur du temps » (2016) et intervient à différentes occasions à Charleroi Danses (2015-2016). Il collabore avec beaucoup de Jazzmen (Guillaume Vierset, Antoine Pierre Fabrizio Cassol, Fabrice Alleman etc ) dans la sonorisation de concerts, l’enregistrement et le mixage de disques. Durant une saison  (2011-2012) il est responsable de la communication et de la technique à la Jazzsation. Il est membre fondateur de l’ASBL Babbel effect  qui a pour but de promouvoir et produire des artistes, avec à son actif l’album « Folles impatiences » du groupe Surprise du Chef. De la régie à la scène, Jean-François est batteur, sousaphoniste et tromboniste. Il joue dans différents groupes : Yellow hootel, Gloomy Baboons et la fanfare Bebelouze. Il  crée la performance « Silva » avec Katia Madaule, une création sonore, dans le cadre de l’exposition « Luxuriant et affolement Forêt » à la maison de la création de Saint-Gilles en janvier 2016. Depuis 2017, Jean-François collabore avec l’asbl made with heART notamment au sein des projets « le S de l’ange » et « HomeMade Artists ». Il initie également les enfants à la prise de son dans le cadre d’ateliers que l‘asbl propose.