18 DEC
☞ MIDIS DE LA POÉSIE
↘ Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique
#littératuregraphique

» Réserver

☞ Réserver - Dec. 18, 2018, 12H40
places
p328_1805081002_i 2.jpg

Les éditions FRMK à l’honneur

Tarifs : 6 euros, 3 euros pour les étudiants

Avec le soutien de la Scam

Réservations : mailto:info@midisdelapoesie.be

Le 18 décembre 2018 de 12h40 à 13h30 aux Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique

Avec YVAN ALAGBé, artiste français et co-fondateur des éditions FRMK, CAROLINE LAMARCHE, écrivain, et Goele Dewanckel, illustratrice

Le Frémok propose une plate-forme de projets fondée autour des œuvres réalisées, réunies ou choisies par l’association sans but lucratif Fréon basée à Bruxelles. Elle regroupe des adhérents et des membres actifs, qu’ils soient lecteurs, artistes, acteurs du livre et des arts, personnes morales, particuliers, structures indépendantes ou institutions. Le Frémok mène des projets indépendamment ou en coopération avec d’autres partenaires de son réseau (maisons d’éditions, galeries, librairies, espaces d’art et de spectacles...). Il intervient dans les écoles d’art, les universités, les bibliothèques, les lieux publics pour propager le Frémok et ses œuvres. Il exerce, revendique et défend les libertés de créer, de penser, d’exprimer et de circuler.

L'Evangile Doré de Jésus-Triste : Après Match de catch à Vielsalm ou Vivre à FranDisco, ce nouveau livre du label Knock Outsider! suit l’itinéraire miraculeux d’une femme qui deviendra homme et mourra pour prendre sur elle toute la tristesse du monde. Il est né des ré-interprétations des gravures bibliques de Gustave Doré, lors d’ateliers associant artistes de La « S » Grand Atelier, porteurs d’un handicap mental, et artistes invités en résidence. L’Évangile Doré de Jésus-Triste propose ainsi une audacieuse relecture du Nouveau testament, où l’humour n’interdit ni la ferveur, ni la beauté.

La poupée de Monsieur Silence : La Poupée de Monsieur Silence s’ouvre sur une chaise vide. Cette chaise est celle de l’attente à laquelle se résument les journées de la narratrice, amoureuse d’un homme toujours ailleurs, voué à son exigeante mission : apporter le silence au coeur d’un monde de plus en plus violenté par le bruit.

Cette femme sans nom et sans pouvoir, surnommée la Poupée par celui qu’elle attend, se contente d’observer le vacarme extérieur qui bat à sa fenêtre. Dans le vide feutré de la maison, son existence transparente trouve pourtant à se dire. Nous voilà pris, retenus par sa voix économe, poétique, qui n’use que des mots nécessaires aux images que sa claustration convoque.

Images de mélancolie et de patience, de colère et d’incendie des sens. Vole en éclat la prison de verre. Se donne enfin le vaste monde. Un monde de bruit et de fureur, sans doute, mais aussi de douceur et d’espoir, de cris verts, de nuages jaunes, de langues rouges et d’humains multicolores.

En oeuvrant à la connivence secrète des couleurs et des bruits, de la lumière et des sons, des perceptions et de l’émotion, Caroline Lamarche et Goele Dewanckel évoquent la mélancolie salvatrice d’un être avide d’altérité et de rencontres. Le temps de s’asseoir sur la chaise offerte, dès la première page, à notre méditation, nous découvrons grâce à elles une histoire à la fois douce et violente, grave et jubilatoire.

«

Événement précédent
L’urgence et la patience

»

Prochain événement
Quelqu’un connait quelqu’un(e) : poétique de l’avènement de l’autre