17 NOV
☞ GOÛTER DE LA POÉSIE
↘ La Bellone
#poésiedansante

» Réserver

☞ Réserver - Nov. 17, 2018, 14H
places
visuel quand on regarde on danse.jpg

Quand on regarde, on danse déjà

Tarifs : 3 euros par adulte, 2 euros par enfant

En coproduction avec La Bellone

Avec le soutien de Curiocity

Réservations : mailto:info@midisdelapoesie.be

Le 17 novembre 2018 de 14h à 16h à la Bellone - Maison du Spectacle

Avec Emilienne FLAGOTHIER et Aurélien LEFORESTIER, comédien.ne.s et metteur.e.s en scène

Joe Dassin, un grand poète français aujourd'hui disparu, a dit un jour : "La vie se chante".

Mais... si la vie se dansait aussi ?

Nous vous invitons à venir participer à notre recherche poétique du moment, le temps d'un atelier docu-chorégraphique à La Bellone !

Notre trip, c'est de filmer ce qu'on croise par hasard dans la rue et qu'on trouve subitement drôle, ou beau.

Ce genre de journée où on a un regard de spectateur sur le monde, quand on est plus curieux et attentif que d'habitude, et qu'une simple démarche d'un inconnu, quelques mouvements vifs et précis d'un chien pourtant au repos, ou encore l'égarement d'un gamin attendant le bus, semi-pendu au poteau, se transforme sous vos yeux en un numéro de clown, ou un grand moment de danse.

"Grâce à vos yeux" même, car c'est justement l'intensité de nos regards qui a le pouvoir de donner ainsi à des phénomènes réels une dimension magiques.

Ensuite on fait une expérience : On travaille à refaire ces extrait du réel, et on en fait un ballet. En solo, à plusieurs, et avec beaucoup de musique.

Et oui, on va imiter un chien qui tourne sa tête de gauche à droite 8 fois de suite avant de se partir en courant ; de tout petits enfants tenant à peine sur leur jambes, avec nos corps à nous, et puis on se les montre, et on voit si ce qui nous a paru singulier dans le mouvement se transmet.

Come on !

Et apportez volontiers des vidéos documentaires, voir même des enregistrements audio !

Notre banque de donnée à nous est surtout remplie de vidéos d'enfants qui font n'importe quoi, en vue du spectacle que nous créons dans un an (We Should Be Dancing, en mars au Théâtre de Liège) mais élargissons !

Aurélien Leforestier est metteur en scène et comédien. Il est diplômé de l'INSAS (Bruxelles) en mise en scène et poursuit actuellement ses recherches à l'EHESS (Paris) où, sous la direction de Frédérique Aït-Touati, il travaille sur les notions d'anthropocène et de paysage dans la scénographie théâtrale. D'une manière générale, il se nourrit autant d'essais sur la vie des plantes que de Picsou Magazine. Il co-dirige avec Zelda Soussan le LUIT (Laboratoire Urbain d'Interventions Temporaires), qui mène des travaux à la fois de l'ordre des specific sites, des projets en territoire et des productions théâtrales - dont l'actuel "Marché Noir". Son intérêt pour les croisements entre les pratiques artistiques et celles des sciences sociales l'ont amené à travaillé en tant que volontaire chez GONGLE (Montreuil), groupe d'artistes et de chercheurs. Mais surtout : il joue dans We should be dancing d'Emilienne Flagothier, et est cofondateur de l’ASBL ASBL, nouvelle équipe indépendante et quasi-anarchiste du café-théâtre du TTO : un projet de laboratoire sur le comique où chaque membre du collectif peut éprouver la mise en scène, l’écriture et le jeu à tour de rôle.

Emilienne Flagothier a 25 ans, mais en est au moins à sa huitième réincarnation terrestre. A l’INSAS elle mettait en scène des montages de textes de Cioran, Eschyle, Racine, Queen, ou bien des spectacles muets. Elle pensait également devenir une actrice tragique, mais pour l'instant son destin se fout ouvertement de sa gueule et la maintient dans une dimension post-moderne où l'humour est roi. A sa sortie en 2015 elle écrit un mémoire intitulé “l’Esthétique du Nul – réflexions sur un genre théâtral contemporain et une philosophie de vie.”, puis va s’incruster en tant qu’œil extérieur sur plusieurs projets : Les pollutions lumineuses de Jean-Baptiste Calame à La Balsamine, L’idiot et Le Palace de Remy de Judith de Laubier, Tornar de Seppe Bayens chez Ultima Vez. Elle assiste Nicole Stankiewicz sur un Georges Dandin, puis le duo Enrico Bagnoli - Marianne Pousseur sur Ajax au Théâtre Varia, fait une création lumière pour l’Enfant Colère de Sophie Maillard au Théâtre Océan Nord, et vient danser dans Fractal de Clément Thirion au Théâtre de Vanves.
Elle joue depuis 2016 le Thinker’s Corner de Dominique Roodthoof : une performance de philosophie en rue (Corridor, Festival Métamorphoses, Théâtre des Doms, Mars), ainsi que de la clarinette, du ukulélé et des percussions orientales. Elle est également cofondatrice de l’ASBL ASBL, nouvelle équipe indépendante et quasi-anarchiste du café-théâtre du TTO. Mais surtout : elle met en scène We should be dancing - un docu-fiction entre danse et théâtre où des acteurs adultes recopient les mouvements de tout petits enfants (présentation-rencontre à la Bellone le 13 septembre sous forme d'une "Tender Session", puis création du spectacle au Festival Émulation du Théâtre de Liège, mars 2019. Reprise au Théâtre MARS dans le Festival Tout Mons Danse, mai 2019).

»

Prochain événement
Dante et Cavalcanti ou les rimes d’amour