Chèr·e·s ami·e·s des Midis de la Poésie,

Conformément aux mesures prises par le gouvernement et pour la sécurité de chacun.e.s, nous sommes au regret de vous annoncer l’annulation de tous nos événements de cette saison jusqu’à nouvel ordre. Nous vous communiquerons de plus amples informations dès que possible. Mille mercis pour votre compréhension.

Gardez les yeux ouverts, les Midis vous accompagnent en ligne pendant la période de confinement !
Chaque mercredi, nous vous proposons une sélection de contenus poétiques dans notre newsletter. Des phrases, des pensées, des images, des mélodies, des films, pour se sortir de l’actualité ou pour la voir à travers d’autres prismes. Ainsi qu’une proposition d’écriture en lien. Envoyez-nous vos poèmes, nous les publierons sur Facebook !
Pour vous y abonner, c’est par ici !

Retrouvez-nous également sur Facebook et Instagram chaque jour à midi : nous y partageons des citations-baumes, qui résonnent de près ou de loin avec la situation que nous vivons toutes et tous en ce moment.

Prenez soin de vous,

L’équipe des Midis de la poésie

11 FEB
☞ MIDI DE LA POÉSIE
↘ Théâtre des Martyrs
#littératurefrançaise #poésieenlutte

» Réserver

☞ Réserver - Feb. 11, 2020, 12H40
places
11.02 Charlotte Delbo.png

Charlotte Delbo - La poésie pour revenir

Tarifs : 6 euros / 4 euros (étudiants)

En coproduction avec le Théâtre des Martyrs
En partenariat avec la Vénerie – Centre Culturel de Watermael-Boitsfort

Réservations : https://bit.ly/384mvMi

Le mardi 11 février 2020 de 12h40 à 13h30 au Théâtre des Martyrs

Charlotte Delbo, jeune journaliste devenue l’assistante personnelle de Louis Jouvet, résistante, est arrêtée le 2 mars 1942 avec son époux Georges Dudac, activiste communiste. Il est fusillé, elle est déportée dans le convoi du 24 janvier 1943 à Auschwitz avec 229 autres femmes. Elle a 25 ans. Elle passe 27 mois dans les camps de la mort, d’où elle revient. À son retour, alors qu’elle s’était promis - si elle revenait - d’écrire, et de « n’avoir plus peur de Jouvet ! », elle produit d’une traite Aucun de nous ne reviendra, parole poétisée de l’horreur vécue. Un ouvrage stupéfiant, bouleversant, essentiel. Une œuvre qui ébranle et met le cœur à vif, les larmes montent si ce n’est la nausée. Ce témoignage brut et poétique en appelle à notre responsabilité de mémoire collective et à notre témérité. Pourtant le nom et l’œuvre de Charlotte Delbo restent étonnamment inconnus pour beaucoup.

Entre anecdotes, lectures, extraits sonores, réflexions, trois comédiennes s’interrogent et rendent hommage à cette grande dame, à sa passion pour le théâtre et la beauté des mots, en créant un espace de sororité propice à transmettre l’œuvre de Charlotte Delbo, comme un acte de résistance et une invitation à célébrer la vie.

STÉPHANIE VAN VYVE est comédienne et enseignante au Conservatoire de Bruxelles. Lauréate des Prix de la critique 2015 pour ses rôles dans "Belles de nuit" et "L’œuvre au noir", elle est nommée la même saison aux Magritte du cinéma belge dans la catégorie Espoir pour son rôle dans "Être" de Fara Sene. Sa rencontre avec Yumma Mudra et l’école Danza Duende marque un tournant dans sa manière d’aborder le jeu, qui la mène à créer une version personnelle de "Diotime et les lions" d’Henry Bauchau. Elle enseigne l’art de la déclamation depuis 2017.

À sa sortie du conservatoire royal de Bruxelles, MATHILDE RAULT travaille avec Christine Delmotte et Christophe Sermet. Elle est nommée meilleur espoir au Prix de la Critique pour "Mamma Medea". Suivent des collaborations avec plusieurs metteurs en scène aux Martyrs, Rideau de Bruxelles, Théâtre National, Balsamine, Le Public... En 2017, elle forme "Collectif provisoire", avec une première création théâtrale sur le capitalisme en cours d'élaboration : "Conspiration". En parallèle, elle poursuit sa carrière au cinéma avec plusieurs courts-métrages primés dont "Sophie" de Cedryc Bourgeois, des séries belges et quelques longs-métrages. Cette année, elle joue dans "£¥€$" de la compagnie gantoise Ontroerend Goed, présentée cet été au festival In d’Avignon.

Née en 1980 à Bruxelles, diplômée de l’Institut des Arts de Diffusion en 2003, DEBORAH ROUACH a joué dans une quinzaine de spectacles, dont "Face de cuillère" de Lee Hall (Prix du meilleur espoir féminin au Prix du Théâtre 2007), "Kebab" de Gianina Carbunariu, "Kvetch" de Steven Berkoff, "Chatroom" de Enda Walsh, "Nevermore" d’après Wietkiewicz, "Kinky Birds" de Elsa Poisot… En 2011 elle devient la Cendrillon de Joël Pommerat (nominée meilleure actrice aux Prix du Théâtre 2012), créé à Bruxelles, puis joué en France et en tournée internationale pendant six saisons. En 2014 elle crée "Les Palmiers Sauvages" de Séverine Chavrier d’après William Faulkner au Théâtre de Vidy à Lausanne, puis à l’Odéon, au Théâtre National de Belgique, et en tournée en France jusqu’en 2020. La "Villa dolorosa" est ensuite sa première coopération avec George Lini, en 2019 au Théâtre des Martyrs.

NICOLAS MARCHANT est dessinateur et compositeur. En 1993, il termine ses études à l’atelier de dessin de l’Académie royale des beaux-arts de Bruxelles, qu’il complète par la suite par des séminaires de philosophie, une approche autodidacte de la musique et des stages de danse. Depuis 1989 il anime des ateliers de dessins avec des enfants et adolescents. Simultanément, il travaille comme scénographe, puis comme compositeur pour le théâtre, la télévision, le cinéma et la danse, ainsi qu’au sein de différents groupes et collectifs.


Les Midis de la Poésie, c'est un rendez-vous. Quand ça commence, ça commence ! Prévoyez d'arriver au moins 15 minutes avant la séance pour retirer vos places à la billetterie.

«

Événement précédent
André Baillon, un homme si simple ?

»

Prochain événement
Atelier de Slam - Joy, Djamile, Amée, Larry